17 octobre, 2006

Conçu pour ne pas durer

La Cliqua "Conçu Pour Durer"(1995)
Arsenal / Night & Day
1. Intro (Jelahee / Le Chimiste)
2. La Cliqua - Tué Dans La Rue (Rocca, Egosyst, Daddy Lord C, Doc Odnhok / Le Chimiste)
3. Rocca - Comme Une Sarbacane (Rocca / Le Chimiste)
4. Coup D'Etat Phonik - Dans Ma Tête (Doc Odnhok, Egosyst / Lumumba)
5. La Cliqua - Freestyle (Rocca, Egosyst, Daddy Lord C, Doc Odnhok / Lumumba)
6. Daddy Lord C - Toujours Plus Haut (Daddy Lord C / Le Chimiste)
7. La Cliqua - Conçu Pour Durer (feat. Lyon S) (Doc Odnhok, Rocca, Daddy Lord C, Raphaël, Egosyst, Lion S / Lumuba)
"En direct de la Fourche, touche à mon emblême et je t'enfourche !" - Rocca, sur le morceau collectif "L'Underground S'Exprime Chap.1" instigué par Assassin.
Ouais ok, ça veut pas dire grand chose, on sait pas ce qu'est son emblême mais au moins on sait qu'il vient du 18ème. C'est un peu l'arnaque d'ailleurs parce qu'à part la Squadra (Rocca et Daddy Lord C), ils venaient tous de Boulogne, Pont de Sèvres il me semble. En tout cas, Egosyst (Guégué pour les intimes, Arafat aujourd'hui quand il rappe avec IMS), Doc Odnhok et Raphaël étaient du 92 plus que de Paris 18.

Depuis les premiers maxis de Daddy Lord C (et le désormais classique "Freaky Flow 1995 Remix"), on l'attendait ce premier disque de la Cliqua. Et c'est même pas un album. Commençons par exorciser une frustration : je suis passé devant le vinyle de "Conçu Pour Durer" des dizaines de fois, à chaque fois je me suis dit en voyant le vinyle translucide "je le prendrai une autre fois, je préfère acheter un disque que je n'ai pas déjà". Et puis finalement je l'ai jamais acheté et aujourd'hui, il se deal à des prix complètement dingues. Voilà, c'était la minute du collectionneur aigri.

Je me souviens qu'au début, c'est (encore et toujours) Loïc qui m'avait mis "Tué Dans La Rue" sur une cassette. Enorme gifle immédiate et définitive, la prod jazzy, la diversité et l'originalité des flows, l'ambiance générale du track... Un modèle du genre, encore aujourd'hui à mes oreilles. La première grande force de ce disque, c'est son ambiance. Les p'tits gars à la prod (en l'occurrence Le Chimiste, aujourd'hui reconverti dans la réalisation de documentaires et Lumumba) ont du pas mal écouter le grand frère new-yorkais, c'est crasseux, poisseux, collant, dur et sincère. Oui oui, rien que ça. C'est court et c'est bon (pour une fois, désolé mesdames).

Quant aux MCs, à l'époque, je ne vois pas qui pouvait rivaliser avec le duo de la Squadra (Rocca et Daddy Lord C). Le premier, petit Colombien à la voix rocailleuse est capable de placements incroyables et ses incartades en espagnol lui donnent un charisme incontestable. Le second, tout en swing, en aisance domine la discipline comme il dominera la boxe professionnelle française quelques temps plus tard. Quand les deux partagent le micro, c'est ce qu'on fait de mieux en matière de duo : les voix se marient parfaitement et les pass pass fonctionnent à merveille. La complémentarité en matière de rap à l'état pur.
Les autres, forcément, sans démériter, restent un cran derrière. Raphaël n'a pas plus de 16 ans et ne pose sa voix braillarde que ponctuellement et Doc Odnhok (Kohndo aujourd'hui) est encore trop fouillis pour convaincre. Reste Egosyst, Guégué pour la postérité, qui joue plus que les sparring partners pour les heavyweights précités. Il influencera d'ailleurs plus ou moins directement toute une scène active aujourd'hui.

Majoritairement égotrip, ce manifeste new school (avant même les guéguerres commercial/underground, il y a eu cette dichotomie inutile old school/new school... là n'est pas la question comme disait Rocca) n'a guère d'autre ambition que de montrer que le posse du Fourchlin Zoo en a largement sous le pied pour faire taire la concurrence. La rue, la rue parisienne si particulière imprègne les textes des 5 MCs. Il n'est pas question de jouer à celui qui a la plus grosse, qui est le plus gros tueur, la plus grosse caillera, juste de revendiquer un attachement à un environnement particulier. Une seule prétention : froisser des micros et là dessus, il y a consensus à l'époque : ils sont au top. Pourtant, Clark pourrait jouer les bad boys sur disque sans qu'on y trouve à redire, la réputation des Black Dragons (chasseurs de skins émérites et bande mythique des années 80-90) parlant pour lui.
Sept titres seulement, 120 francs à l'époque (je me souviens, 20 balles le titre, ça m'avait fait mal... jusqu'à ce que je pose le disque dans ma mini chaine Aiwa). Les photos d'Armen dans le livret. L'intro intouchable. "Sarbacane", le hit underground. Ce disque est une pièce maîtresse du rap français. Y a pas à chipoter.
Bon la suite a été nettement moins glorieuse que le fut ce EP et la tape que Cut Killer leur consacra. Après une compilation présentant leur label Arsenal (on aura surement l'occasion d'en reparler) et quelques compilations (dont Invasion), les rats quittent le navire. Guégué quittera Kohndo pour aller fonder IMS, Kohndo ira voler de ses propres ailes (et se fera copieusement allumer sur le maxi "Pas De Place Pour Les Traîtres") et les trois survivants auront toutes les peines du monde à sortir leur premier vrai album. Il arrivera d'ailleurs trop tard (c'est ça de venir en licorne aussi...) et malgré une production solide de Gallegos, il peinera à convaincre le public. Déçu par l'accueil et aigri que le succès d'estime ne se transforme pas en disques vendus (surtout à une époque où le rap français sait vendre gros), la Cliqua se sépare et chacun vaque à ses activités en solo.
Rocca continue à sortir des solos qui ne reçoivent pas non plus l'accueil escompté malgré certaines qualités et il décide de s'expatrier aux Etats-Unis et en Amérique latine avec son groupe Tres Coronas qui rappe en espagnol. Daddy Lord C se consacre un temps à la boxe et devient même champion de France professionnel avant de reprendre le micro... Il sortira un solo des plus décevants et il figure parmi mes plus grandes déceptions en matière de rap quand j'entends ce qu'il peut faire aujourd'hui. Quant à Raphäel, il évolue sous le pseudo de Raphton au sein du crew THC proche d'Audiomicide.

Bon, c'est la reprise là, j'aurais pu faire mieux mais faut que je me remette en jambes ! Bon, et pour le son, c'est comme avant, toujours dans la radio blog juste en haut à droite là.

8 commentaires:

DayJi a dit…

No comment, juste une larme de nostalgie ! Du son, du bon, celui d'il y a 10 ans qui donne et qui vient du fond du coeur.

Merci pour cette rétrospective qui fait du bien.

BIG UP !

Anonyme a dit…

salut !!

je passe sur ton site par hasard avec google en cherchantdes infos sur des mixtapes !

bravo pour avoir bien retracer cette belle epoue !!!

avis aux amateurs je vends les mixtapes operation coup 2 poing, nique la musique de france, dontcha 3, dontcha 4, cutkiller présente d abuz sisitem....et dautres !!

mon msn sy-rom@hotmail.fr

Mateoo a dit…

Bien ton blog ;)

Je signale juste que Daddy Lord C il vient de la banlieue sud, Grigny, Melun, Nemours. Y'a que Rocca qui est de Paris apparemment.

A+

Gwendal a dit…

Un album parfait, 7 titres de folie

lyesokaci a dit…

Aïe un dernier jours sur terre sur le dernier album reste quand même un classique !

Anonyme a dit…

j'suis arrivé ici via le forum de 187 prod et franchement, très bon blog les mecs ! à qq années près j'suis de la m^me génération que vous et j'me retrouve tout à fait dans c'que vous racontez, votre rapport aux disques, le contexte tout ça, les conneries qu'on fait à l'époque(moi j'avais revendu le vynil de Conçu pour durer à un pote 3 jours après l'avoir acheter parce que j'avais pas accroché dessus, j'me l'étais copié en k7 au cas où et après une semaine de métro pour aller au cours avec la tape dans le walkman j'étais revenu harceler mon pote pour qu'il me le revende... aujourd'hui le vinyl est toujours chez lui). bref, j'laissais juste un com pour rendre à césar c'qui appartient à césar, l'instru du Crime paie, on le doit pas tout à fait à Chimiste mais plutôt à Egosyst/Arafat, dixit la passionnante itv de guégué dans Gasface : c'est Egosyst qui a ramené le son un soir de concert, les autres ont accroché, Chimiste a rajouté une ligne de basse et se l'est approprié et voilà quoi... c'était histoire que ça soit dit, j'ai lu l'itv d'Egosyst hier et j'tombe sur votre blog aujourd'hui donc voilà, j'réagis quoi... bonne continuation en tous cas

Anonyme a dit…

putain j'parlais évidemment de l'instru de Tué dans la rue, pas du Crime paie hein... C'que c'est d'écrire bourré...

Anonyme a dit…

La Cliqua... que dire juste du pure son come sa sen fé plus...
Massa2034