08 février, 2008

Première mission accomplie

Finalement je m'en tire bien, sur mes 5 albums de référence en rap français, Octopus a déjà pondu des articles sur 3 d'entre eux. Ce qui me met dans une position plutôt confortable lorsque dans les soirées B-Boys (comprendre "vieux cons") on me dit : "Yo Fizzle j'ai lu ton article sur Conçu pour durer...", je peux répondre tout simplement : "C'est pas moi c'est mon coloc blogger là, j'en aurais mieux parlé moi tu me connais !". Mais ce coup-ci il m'a mit la pression, je me retrouve au bout du plongeoir, impossible de reculer: je dois sauter dans le grand bain !



Ideal J "O'riginal MC's (sur une mission)" (1996)
Alariana / Label 60 / Night & Day

  1. Le Combat Continue
  2. Ghettolude I
  3. Je Dois Faire Du Cash
  4. Comme Personne Ne L'a...
  5. Le Ghetto Français
  6. Ghettolude II Histoire Vraie
  7. Show Bizness
  8. Uniquement Pour Les Miens
  9. Le Ghetto (remixé Par Yvan)
  10. Ghettolude III Fidèle Au Hip-Hop
  11. O'Riginal MC's
C'est toujours difficile de parler d'un de ses premiers amours. Ideal J, c'était une institution à l'époque où avec Ien-ien & Titou on enregistrait nos premiers 16 sur un petit magnétophone avec une instru en fond sonore. J'avais même la photo de Kery au-dessus de mon lit ! Haha ça fait un peu "Fan 2" avec le recul mais pour nous, il incarnait une sorte de Malcolm X des ghettos français. La comparaison est clairement abusée mais je l'assume, c'est mon côté excessif ! Le haut-parleur des cités si vous préférez...
"J'arrive avec le flow qui va causer des
dégâts". Bon ok, il n'avait pas le flow de Daddy Lord C, la technique de Dany Dan ou la plume d'Oxmo. C'est pas tant ça qui nous plaisait chez lui, mais plutôt ses qualités d'interprétation. Si le mec voulait que tu pleures : tu pleurais. Avec son côté pessimiste du style "j'en ai rien à branler si j'crève demain"... C'était incroyable, les mots qui sortaient de sa bouche auraient pu sortir de la mienne. Aujourd'hui encore un titre comme "Le Ghetto Français", avec sa superbe boucle volée aux Brecker Brothers, m'interpelle directement. Je ne peux pas m'empêcher de frissonner à chaque écoute (malgré son grand talent, Yvan n'arrive pas à nous sortir un remix surpassant l'original... ce qui est rarement le cas ceci dit) !
Ce titre, c'est ma vie, j'ai plein de souvenirs avec, bons ou mauvais d'ailleurs... Je me souviens qu'avec Momo (celui de la coursette oui) on l'écoutait souvent. Lui et moi, on était inséparables. On sortait avec 2 soeurs jumelles, elles avaient 3 ou 4 piges de plus que nous et des scooters : la classe ! "Tu veux connaître la pureté d'une amitié enfoiré ?" disait Alix dans ce morceau. Quelques années plus tard cet "ami" me donna gentiment à ces messieurs en bleu. "Amitié gâchée" chantait 3° Oeil... Je raconte encore ma life et je vais encore recevoir des mails de ce genre : "Franchement j'kiffe comment t'écris mais j'trouve qu'tu parles pas assez du cd. Retourne chez Dr. Melfi, Tony !". Mouais... En même temps je fais c'que je veux, n'est pas Monsieur Cachin qui veut !

1996 nouvelle année : nouvelle orientation. On est bien loin de leur première apparition sur l'album de Solaar et du maxi "La Vie Est Brutale". Nouvelle formation également, plus restreinte. Exit son copain rappeur Harry (Jessy Money) et Brahim Asloum euh... Selim Du 9.4 pardon, le danseur. Seuls l'Haïtien et son backeur Teddy Corona répondent présents. Deux membres originels auxquels viennent s'ajouter le jeune prodige DJ Mehdi. Au revoir l'underground mafia de Sully B. et place à celle plus racailleuse des kainfry sous la protection de leur mentor : Manu Key.
L'album sort donc chez Alariana, nouveau label créé pour l'occasion par des amis. On retrouve également un logo dont nous avons souvent vanté les mérites ici-même: Night & Day. Alors, gage de qualité ? Oui. "O'Riginal MC's" a toutes les caractéristiques du chef d'oeuvre: très peu de titres (dont 3 interludes et 1 remix) pour éviter l'indigestion, une production minimaliste à base de samples de jazz et de soul (et même de funk avec le groupe War) hyper soigné signé Mehdi et surtout un rap sans chichis, sans blabla...
Des thèmes universels : le quartier, la famille ou encore l'argent. Un album c'est forcément personnel, mais j'sais pas, celui-ci donnait l'impression d'être écrit avec des milliers de mains et pas seulement celles de son interprète. Pour moi, cet opus est un tournant dans l'histoire du rap français. Certains diront que c'est l'arrivée du rap de pleurnichard, que le mec se plaint tout l'temps... Et alors ? Kery crachait à la gueule de tout le monde les cicatrices de son entourage. C'est la naissance du rap de rue tel qu'on le connait aujourd'hui, le rap d'une génération désabusée, qui en a marre de souffrir en silence et se fout de danser sur les sons flingués du Sugar Hill Gang. Zappe la tronche de ce gros con de Charles Villeneuve de ton écran et insère ce CD dans ta chaine : bienvenue dans la réalité fiston !


Du côté d'Orly-Choisy-Vitry un album ne se faisant jamais seul, les membres d'Ideal J font appel à quelques un de leurs soldats sur le titre fustigeant le show-bizness : le tout jeune Kim Bad qui deviendra Rim-K au sein du 113, Different Teep sans Mista l'homme à la grosse voix, Yézi L'Escroc (qui d'après les bruits qui courent a décidé de juste devenir "L'Escroc") et le déjà très talentueux Rohff. D'ailleurs le mec sort carrément du lot en apportant sa p'tite touche au morceau, Kéry étonne également de par son flow renouant avec son premier amour : le ragga. C'est le titre le plus "cool" de l'album, car le reste de l'opus tend comme un string la France conservatrice. Celle-là même qui verra 10 ans plus tard ses enfants porter des t-shirts à l'effigie de la clique. Nous, c'était plutôt Air Max / 501 / cuir. Ca blaguait pas !

C'était aussi difficile d'acheter un skeud à la FNAC que de garder sa casquette croco plus d'une semaine. "Demande à la FNAC, toujours nos CDs qu'on vole" a dit Rohff, c'est très égocentrique (m'enfin bon on connait le bonhomme), mais certainement aussi très vrai. Quand t'allais acheter un skeud là-bas, fallait guêter d'abord à gauche, à droite, et un p'tit coup derrière pour être sûr qu'aucun mec t'ait vu pour ensuite te le braquer à la sortie du magasin ! Bah ouais... Et si jamais ça t'es déjà arrivé : lâche un com, avec un peu de chance je te rendrais ce que je t'ai pris dans les années 90...

4 commentaires:

Veuch a dit…

Un classique, j'avais aussi bien bien accroché vers 97 sur Different Teep, des morceaux comme Billy lee..

tizieu a dit…

HAHA comme ça tu connais Tyrsa... le monde est petit en effet !!! j'le vois jeudi soir chez artoyz ! continu tes articles, ça fait tant de bien !!!

Anonyme a dit…

Kim Bad c'est pas le mc qui c'est fait buter avant L.A.S. et Mamad? a l'ecoute de Pour Toi de Demon One sur son album Anges et Demons on dirait que oui, de plus que c'est pas Kim Bad sur l'album d'Intouchable la vie de reves?

excuse si jme trompe couzin, continu ton blog dechire et informe d'un passe du hip hop qui me manque.

Anonyme a dit…

c'est pas kim bad le blaze c'est kid bad en fait c'est rimk du 113 il s'appellait comme ça au debut